Présentation de la méthode

 

Cette méthode « Quinze minutes de gallo par jour » expérimentée depuis 2010 à l'école Diwan de Questembert repose sur un constat : les enfants apprennent mieux en chantant ! J'ai donc conçu cette méthode en prenant en compte le rythme de l'enfant et son intérêt naturel pour le chant ainsi que le « relais » que peut entraîner le chant à la maison. Un enfant qui porte de l'intérêt à une chanson la chantera auprès de ses proches. Dans un environnement où le gallo reste présent, ces chants peuvent présenter une émulation et un rapprochement entre les générations autour de la langue gallèse.

 

En plus du chant, la méthode se base sur l'intuition. En s'aidant de gestes et de mimiques, L'enseignant peut faire comprendre à l'enfant le déroulé de l'activité sans passer par le français. A l'instar de la méthode d'apprentissage des langues Oulpan, « 15 mn de gallo par jour » fonctionne sur l'intuition, la mise en situation, le mouvement, la gestuelle et le principe « le gallo par le gallo ».

 

Comment fonctionne la méthode ?

 

La méthode fonctionne par séquences d'une semaine. A chaque semaine correspond un chant. Ce chant est centré sur un thème précis et renvoie à un dialogue applicable en classe. Chaque séquence fait l'objet d'une trace écrite afin de fixer et d'ordonner le savoir de l'élève, d'informer les parents et d'inciter l'environnement familial de l'enfant (parents, grands-parents, oncles et tantes) à continuer les séances à la maison. Cette trace écrite sous forme de feuille A4 peut être classée dans un « cahier de gallo » par exemple.

 

Par ailleurs, la méthode s'emploie à utiliser au mieux les « temps répétitifs » inhérents à une journée de classe. Au cours d'une journée lambda, l'enseignant utilisera, par exemple, plusieurs fois la locution « c'est l'heure de la récréation », « c'est l'heure de rentrer » (après les récréations par exemple), « prenez votre cahier d'exercice », « écrivez la date », « soulignez la date en rouge », « mettez vos chaussons », etc... ou répondra par l'affirmative ou la négative à des questions du genre « est-ce que je peux aller aux toilettes ?», « est-ce que je peux boire un verre d'eau ?», …

Ces locutions sont rapidement assimilées en français ou en breton (pour les écoles bilingues ou en immersion) et prennent un caractère répétitif qui ne nécessite plus aucune démarche d'apprentissage. Pourquoi ne pas réutiliser ces « temps répétitifs » pour apprendre une autre langue telle que le gallo ? Nous avons donc prévu dans la méthode un glossaire des locutions les plus usitées en classe et nous avons inséré, au fil des leçons, une utilisation progressive de ces locutions.

 

Il est important de considérer la présente méthode comme une bibliothèque, une boîte à outil. L'enseignant n'a pas l'obligation de suivre les séquences pas à pas, semaine après semaine et n'a nullement l'obligation de terminer coûte que coûte telle ou telle séquence. Chaque école a ses contraintes, son programme d'année et ses préférences d'enseignement. Un enseignant qui « accroche » plus particulièrement à une séquence peut donc la faire durer 2 ou 3 semaines, a contrario, une séquence qui paraîtra hardue à mettre en œuvre pourra être délaissée au profit d'une autre. Il est important que l'enseignant se sente à l'aise avec les séquences proposées. De surcroît, certaines écoles voudront mettre l'accent sur le gallo, quitte à dépasser les 15mn/jour, alors que d'autres feront le choix de n'y consacrer que deux séances par semaine.

 

Nous avons pris en compte ces diffférents besoins en «chargeant » au maximum chaque séquence. Les enseignants ayant pour projet de mettre le gallo au cœur de leurs apprentissages trouveront ainsi matière à enseignement, les enseignants ayant des projets plus modestes pour la langue auront également de quoi préparer leur cours.

 

A qui s'adresse cette méthode ?

 

Cette méthode s'adresse à des enseignants des écoles ou intervenants n'ayant aucune connaissance ou qu'une connaissance partielle de la langue. Nous avons essayé d'être le plus clair possible pour faciliter la vie de l'utilisateur et lui permettre d'utiliser cette méthode sans préparation préalable, même si une formation spécifique constitue un atout supplémentaire.

Nous avons essayé de rendre cette méthode adaptable à tous les types de situation : classe nombreuse, classe peu nombreuse, multi-niveau, simple niveau, semaine de 4 jours, semaine de 4 jours et demi, saison des cours de gallo et surtout nous nous sommes efforcé de la rendre utilisable à tous les moments de la journée.

 

C'est pourquoi chaque séance comporte un socle de base et d'éventuels compléments adaptables suivant le calendrier de chacun. Si une séance est inapplicable (pas de possibilité avant la sieste par ex.), l'enseignant peut passer à la séquence suivante.

De la même manière, suivant l'effectif de la classe et sa configuration (simple niveau, multi-niveaux), chaque séance proposée peut s'étaler sur deux, trois séances voir plus !

 

Prononciation et adaptation dialectale de la méthode

 

Le but de la méthode est de sensibiliser les enfants au gallo, nous avons donc mis sous les phrases et les dialogues la prononciation afin de permettre à l'enseignant d'utiliser cette méthode en totale autonomie. Cette prononciation est, bien entendu, une prononciation « moyenne ». Or il faut constamment avoir à l'esprit de respecter le gallo local. Il s'agit bien de « coller » au plus près de la réalité du pays afin que l'enfant et son milieu familial se reconnaissent au maximum dans le gallo enseigné. Il est donc fortement recommandé que l'enseignant se renseigne avant sur les éventuelles corrections dialectales à apporter aux dialogues et chansons présentés. Ex : « Mai » pourra se dire localement [ma], [maï] ; « Nena » pourra être localement « nouna », « nanni », « nuna », etc... ; « Yan » ne s'entend pas dans bien des terroirs où on lui préfère « sia », « vère », « vé », … ; « mézë » pourra se dire [mézé], [mézi], ….. ; « anet » : [éneu], [anette], etc...

 

En plus de cette prononciation écrite, nous avons ajouté des supports MP3 pour les dialogues principaux