Le galo ét yeune des deûz langues "d'orine" de Bertègn d'o le berton (berzonèqe). N'ét né un pachu né un parlement d'eune aotr langue, le galo ét eune vra langue, eune langue romaene, orinéy de latin du peupl parail come le françaez, l'oçitan, l'espaignol, l'italien e ben d'aotrs de méme. 

Le galo ét eune langue qe le monde caozaen e caozent core den 4 des 5 departements bertons : La Leire-de-Bertègn, la maïtië des Côtes d'A-Haot, le tiere du Morbihan e l'Ile-e-Vilaine de ché-en-ché.

Diq'a-la, le galo taet putot eune langue a la goule, biao qe n-i a des ecrivaïjes en galo depés le 12e siecl. Pâs-meins, ét les dâraines anéys-li qe 'la y'a fet un crû les ecrivaïjes en galo. Admézë, le monde peuvent lère des pouétriys en galo, des conteriys, du teyâtr e diq'a les eqerouéys a Tintin ou ben a Astérix !

Le galo ét eune langue q'a de l'andon e qe nen ouaye core par céz nous. Entr 5 e 10 du cent des bertons prechent galo d'aprés des encerches e i n-n'arae maïtië pus a l'enterluzer. Pâs-meins, les galozous sont du monde a se vieuzi de pus en pus e le galo ét contë den la roléy des langues hardiment fortunéys par l'UNESCO.

Vaila pourqhi 'la chome a fere d'encouraïjer le monde a passer lou langue a lou garçâille a sour fin q'o seije core caozéy den les temps a viendr.

En 2004, le Consail Rejiona de Bertègn a erqenû d'ofice, de domé le françaez, le galo e le berton come les "langues de Bertègn" e dedepés stu-ci mene eune politiqe alante pour les langues-la.

Ao jou d'anet, le galo a son afétûre a lu, eune elezûe enchaïrjéy du galo ao Consail Rejiona de Bertègn e des elijes pour l'ebluçer.

Le gallo est l’une des deux langues « historiques » de Bretagne avec le breton. Ni patois, ni dialecte, le gallo est une langue romane, issue de latin populaire tout comme le français, l'occitan, l'espagnol, l'italien, ...

Le gallo est une langue historiquement parlée sur 4 des 5 départements bretons : La Loire-Atlantique, la moitié des Côtes d'Armor, le tiers du Morbihan et la totalité de l'Ille-et-Vilaine.

Langue jusqu'alors essentiellement transmise oralement, le gallo s'écrit pourtant depuis le 12è siècle. Cependant, ces dernières décennies, la littérature écrite en gallo s'est considérablement enrichie. On peut désormais lire de la poésie, du conte, du théâtre et même les aventures de Tintin ou d'Astérix en gallo !

Le gallo reste une langue vivante qui reste pratiquée au quotidien par 5 à 10% de la population de Haute Bretagne et comprise par le double. Néanmoins la population gallésante est vieillissante et le gallo est classé par l'UNESCO parmi les langues sérieusement en danger.

C'est pourquoi il devient urgent d'encourager la transmission de la langue pour la sauvegarder.

En 2004, le Conseil Régional de Bretagne a reconnu officiellement, aux côtés de la langue française, l'existence du gallo et du breton comme « langues de Bretagne » et développe une politique « volontariste » en ce sens.

Aujourd'hui, le gallo bénéficie d'un Institut, d'une élue chargée de son développement au conseil régional de Bretagne et d'un budget dédié.